Jeunesse et Poésir

Ô aube naissante...

Ô aube naissante aux rayons argentés
Que m’enseignes-tu de ce large sourire ?
Aurais-je hier poussé mon dernier soupir ?
Quand sur moi se couchait le voile étoilé.
Aurais-je aujourd’hui, la force de te dire ?
Tandis que ta joie éteint ma triste nuit
Et que mes cauchemars retournent à l’oubli
Que c’est de deux cœurs que ton corps est l’empire,
Te trouverai-je à mes côtés demain ?

Ô aube naissante...
Rebecca Johnston / Unsplash / CC0